Archivo de la etiqueta: Jimena Obregón Iturra

Capitalismes sauvages: Anthropologie historique des extractivismes en Amérique du Sud

Colloque international
Rennes 10-11 octobre 2018

Capitalismes sauvages

Anthropologie historique des extractivismes en Amérique du Sud

Organisé par Nicolas Richard, Jimena Obregón,
Christophe Giudicelli

Sauvages par la violence qu’ils déploient et par les confins qu’ils investissent, les différentes formes d’extractivisme ont joué un rôle fondamental, notamment à partir du 19è siècle, dans l’articulation contemporaine de vastes territoires et de populations jusqu’alors périphériques de l’Amérique du Sud (Amazonie, Atacama, Grand Chaco, Patagonie…). Des forêts, des déserts et des océans jusqu’alors perçus comme des limites ou des entraves, deviennent le théâtre central de formes mondialisées d’extraction de ressources minérales, végétales ou animales. La colonisation minière du désert d’Atacama, l’exploitation du caoutchouc en Amazonie, l’industrie baleinière dans les côtes australes, les scieries et les ports forestiers dans le Chaco, etc. ont construit historiquement ces territoires comme des territoires d’extraction. Ceux-ci s’inscrivent d’une façon singulière et tardive dans les espaces nationaux, en tant que territoires conquis, capturés ou annexés par des états-nations déjà constitués. Or ils se laissent mal comprendre d’un point de vue national, car la présence de ces Etats est bien souvent nominale, médiatisée par des acteurs privés et transnationaux (sociétés d’exploitation, colons, missions religieuses, concessions…), posant à différents niveaux le problème des souverainetés. Seguir leyendo Capitalismes sauvages: Anthropologie historique des extractivismes en Amérique du Sud

Des «révoltes indiennes» aux «émeutes autochtones»

Des « révoltes indiennes »
aux « émeutes autochtones »

Sociétés amérindiennes, autonomie et criminalisation des conflits
(Amériques, XVIe-XXIe)

9 > 10 mars 2017 – Université Rennes 2 / bât.P – salle des thèses

Le terme de « révolte » ou de « rébellion » a souvent prévalu pour qualifier de manière indistincte toutes sortes de soulèvements des populations indiennes dans le contexte de la colonisation européenne – espagnole, portugaise, française ou britannique – ou, une fois acquise l’indépendance des anciennes colonies américaines, dans des cadres (souvent) républicains. Cette catégorie de la révolte est aussi prégnante dans les sources coloniales qu’elle est omniprésente dans l’historiographie relative aux populations amérindiennes, au point de constituer presque un genre à part entière. Seguir leyendo Des «révoltes indiennes» aux «émeutes autochtones»