Archivo de la categoría: France

AHILA 2020 Paris: Simposio nº15 – Ser indígena en la América Latina de los siglos XIX y XX

Estimadas/os colegas,

Me complace informaros e invitaros a participar en el Simposio nº15 – Ser indígena en la América Latina de los siglos XIX y XX: categorizaciones externas, autoidentificaciones y coyunturas en el XIX Congreso de AHILA que tendrá lugar en Paris (Université Paris 1 Panthén-Sorbonne), del 1 al 4 de septiembre de 2020.

La coordinación de este simposio está a cargo de la Dra. Anna Guiteras Mombiola  (Universitat Pompeu Fabra, España —anna.guiteras@gmail.com) y la Dra. Alejandra Boza Villarreal (Universidad de Costa Rica — boza.ucr@gmail.com).

Resumen del simposio: Seguir leyendo AHILA 2020 Paris: Simposio nº15 – Ser indígena en la América Latina de los siglos XIX y XX

Les années folles de l’ethnographie : Trocadéro 28-37

La prochaine conférence de la Société des Américanistes aura lieu le jeudi 20 décembre 2018, à 18 h (merci de bien prendre note de l’horaire)dans la salle de cinéma du musée du quai Branly :

André Delpuech
Directeur du Musée de l’Homme
Christine Laurière
CR IIAC, Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire de l’Institution de la Culture

Carine Peltier-Caroff
Responsable de l’iconotheque, musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Les années folles de l’ethnographie : Trocadéro 28-37

A l’occasion de la sortie de l’ouvrage “Les Années folles de l’ethnographie”, sera relatée une séquence passionnante de l’histoire de la culture et des sciences : les dernières années du Musée d’ethnographie du Trocadéro avant qu’il ne soit détruit pour laisser la place au Musée de l’Homme inauguré en 1938. Dirigé à partir de 1928 par Paul Rivet et Georges-Henri Rivière qui scellent une alliance inédite entre la science et la culture, le musée connaît une profonde modernisation à une époque où la reconnaissance des “arts primitifs” interroge le rôle même d’un musée d’ethnographie. C’est le début des Années folles de l’ethnographie qui révèlent l’engouement pour une discipline, l’ethnologie.

La conférence reviendra donc sur l’histoire du musée d’ethnographie du Trocadéro, sous la direction du tandem Paul Rivet et Georges Henri Rivière, qui entreprennent une profonde réorganisation scientifique, intellectuelle, institutionnelle entre 1928 et 1935, période formatrice, déterminante par ses nombreuses innovations scientifiques et muséales, ses expérimentations. Le musée sort de sa léthargie en affirmant avec éclat l’irruption de l’ethnographie dans la cité, sur la scène culturelle, en même temps qu’il devient le pilier de la professionnalisation de l’ethnologie. Après une première partie sur ces années que Georges Henri Rivière appelait « la grande aventure » du Trocadéro, seront discutées deux thématiques américanistes traitées dans l’ouvrage : “un potlach au Trocadéro”, Paul Coze, indianiste ethnographe, et “rendez-vous manqué avec les “vieilles colonies”, ethnographie et archéologie de la Guyane et des Antilles françaises (1931-1939).

Prière de vous présenter directement à l’entrée du musée (37 quai Branly), sans passer par les caisses.

 Le plan Vigipirate impose aux agents de sécurité du musée à ne pas autoriser l’introduction de valises (même cabines), sacs de voyage, sacs à dos, sacs de sport…

Capitalismes sauvages: Anthropologie historique des extractivismes en Amérique du Sud

Colloque international
Rennes 10-11 octobre 2018

Capitalismes sauvages

Anthropologie historique des extractivismes en Amérique du Sud

Organisé par Nicolas Richard, Jimena Obregón,
Christophe Giudicelli

Sauvages par la violence qu’ils déploient et par les confins qu’ils investissent, les différentes formes d’extractivisme ont joué un rôle fondamental, notamment à partir du 19è siècle, dans l’articulation contemporaine de vastes territoires et de populations jusqu’alors périphériques de l’Amérique du Sud (Amazonie, Atacama, Grand Chaco, Patagonie…). Des forêts, des déserts et des océans jusqu’alors perçus comme des limites ou des entraves, deviennent le théâtre central de formes mondialisées d’extraction de ressources minérales, végétales ou animales. La colonisation minière du désert d’Atacama, l’exploitation du caoutchouc en Amazonie, l’industrie baleinière dans les côtes australes, les scieries et les ports forestiers dans le Chaco, etc. ont construit historiquement ces territoires comme des territoires d’extraction. Ceux-ci s’inscrivent d’une façon singulière et tardive dans les espaces nationaux, en tant que territoires conquis, capturés ou annexés par des états-nations déjà constitués. Or ils se laissent mal comprendre d’un point de vue national, car la présence de ces Etats est bien souvent nominale, médiatisée par des acteurs privés et transnationaux (sociétés d’exploitation, colons, missions religieuses, concessions…), posant à différents niveaux le problème des souverainetés. Seguir leyendo Capitalismes sauvages: Anthropologie historique des extractivismes en Amérique du Sud

SOUTENANCE HDR DE M. PIERRE DELEAGE

ED 395 – SOUTENANCE HDR DE
M. PIERRE DELEAGE

HDR Lettres et sciences humaines – Section CNU: 20 – Anthropologie, ethnologie, préhistoire

le 25 juin 2018 à 14h00

Lieu(x)
Bâtiment B (Pierre Grappin)
Salle René REMOND (B015)

Sous la direction de M. Philippe ERIKSON, Professeur des universités.

Membres du jury :

M. Vincent DEBAENE, Professeur d’Enseignement Supérieur, Université de Genève, rapporteur du jury.
M. Diego VILLAR, Professeur d’Enseignement Supérieur, CONICET – Buenos Aires – Argentine, rapporteur du jury.
M. Philippe DESCOLA, Professeur des universités, Collège de France, membre du jury.
Mme Béatrice FRAENKEL, Directeur d’études, C.N.R.S, membre du jury.
Mme Sophie HOUDART, Directrice de recherche CNRS, Université Paris Nanterre, membre du jury.
Mme Aurore MONOD-BECQUELIN, Directrice de recherche émérite, C.N.R.S, membre du jury.
Mme Valentina VAPNARSKY, Chargée de recherche, C.N.R.S, membre du jury.
M. Philippe ERIKSON, Professeur des universités, Université Paris Nanterre, Référent HDR.
Recherches en temps réél: https://pierredeleage.wordpress.com