La mission des machines : technique, travail et missions dans les basses terres sud-américaines

La mission des machines :
technique, travail et missions dans les basses terres sud-américaines

Journées d’études internationales
9-11 oct. 2019 Bologne (Italie)
programme: https://mission-machine.sciencesconf.org/data/pages/Programme.pdf

Présentation: 

L’objet de cette journée d’étude est d’étudier les relations entre missions religieuses et construction des fronts extractifs dans les terres basses sud-américaines (Amazonie, Chaco, Araucanie, Patagonie…) en se concentrant sur le rôle des machines, des ateliers et du travail technique en tant qu’espaces de contrôle social, de construction de marqueurs corporels (de genre, ethniques, nationaux, etc.), mais aussi d’émancipation et de créativité technique et culturelle. Cette journée d’études est organisée dans le cadre du programme ANR Mécaniques sauvages. Le fait mécanique dans les sociétés amérindiennes du Chaco et de l’Atacama (1850-temps présent).

Les “basses terres” sud-américaines (Gran Chaco, Amazonie occidentale, Mato Grosso, Patagonie) sont restées marginales par rapport au marché mondial et jusqu’à la fin du XIXe siècle, quand certaines industries comme le caoutchouc, le sucre, le maté, le tanin ou le bois ont commencé à avoir une influence importante sur leur développement avec un capitalisme de matrice technique et extractive. Cette incorporation a eu des conséquences importantes : elle a accompagné l’avancée de la colonisation des territoires indigènes, la consolidation simultanée des frontières extérieures des États-nations nouvellement formés, et une nouvelle vague de missions religieuses (catholiques, mais surtout protestantes) inspirées non seulement par le désir d’évangéliser, mais aussi de civiliser et d’assimiler les peuples indigènes.

Dans ce contexte, “technologie” et “machine” sont des moyens décisifs pour le processus d’assimilation, tout comme les “ateliers missionnaires” (les bateaux, avions, trains ou tracteurs qui ont permis de les atteindre) ont représenté un lieu extrêmement créatif de construction sociale. Cette centralisation du processus de la machine (et en particulier des véhicules, comme les bateaux à vapeur ou les camions), a contribué à une “machinisation” des basses terres et en même temps à une sorte de “masculinisation” des machines.

L’anthropologie du christianisme a analysé en profondeur ce qui se passait dans le domaine religieux à travers des concepts tels que “âme”, “rite” ou “conversion”. Mais que s’est-il passé en même temps avec les machines, les outils, les connaissances et les techniques que les missionnaires ont enseignées et certainement utilisées pour intégrer les indigènes au marché et aux sociétés nationales ? Concrètement, quelles étaient les machines dans et des missions ? En effet, outre les barges, les camions ou les motocyclettes, les registres ethnographiques et historiques présentent en permanence un large éventail de générateurs, de tronçonneuses, de charrues, d’imprimeries, de machines à coudre et autres. Quelles ont été les conséquences de ces innovations sur les techniques de production indigènes, sur l’organisation et la conception du travail, voire sur la construction du genre et les relations sociales ? Sur un plan plus abstrait, quelle influence ont-ils eu sur la conception de l’espace, du temps, de la causalité et sur les sensibilités esthétiques des peuples indigènes ?

Si l’action des missionnaires a certainement contribué à façonner les territoires, les frontières ethniques, les structures économiques et politiques, il est également certain que ces processus se sont développés en fonction d’un dispositif matériel construit par les machines et leur présence. Quels ont donc été les défis et les difficultés de ces nouveaux matériaux et “savoirs”, ou le potentiel technique et esthétique des nouvelles techniques ? Que s’est-il passé avec ces machines, ces outils quand, pour diverses raisons économiques, les missionnaires se sont retirés ou ont abandonné les territoires indigènes ?

Ces journées d’étude seront l’occasion de partager la documentation ethnographique et le matériel d’archives, d’entreprendre de nouvelles pistes de travail et de discuter des stratégies analytiques possibles concernant la relation entre les indigènes, les missions religieuses, les machines et le capitalisme extractif dans les basses terres d’Amérique du Sud entre la fin du XIXe siècle et le XXe siècle.

https://mission-machine.sciencesconf.org

Dans le cadre du projet :

ANR – Mécaniques sauvages. Le fait mécanique dans les sociétés amérindiennes du Chaco et de l’Atacama (1850-temps présent) https://anr.fr/Projet-ANR-16-CE27-0012

Organisent :

– Zelda Franceschi, Università di Bologna (Italie)
– Lorena Cordoba, CONICET (Argentine)
– Alberto Preci, Université Paris 1 – UMR PRODIG 8686 (France)
– Nicolas Richard, CNRS IHEAL-CREDA UMR 7227 (France)

La missione delle macchine: tecniche, lavoro e missioni nelle terre basse del sud-America – La mission des… by Tierras Bajas Santa Cruz on Scribd


Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.