Les années folles de l’ethnographie : Trocadéro 28-37

La prochaine conférence de la Société des Américanistes aura lieu le jeudi 20 décembre 2018, à 18 h (merci de bien prendre note de l’horaire)dans la salle de cinéma du musée du quai Branly :

André Delpuech
Directeur du Musée de l’Homme
Christine Laurière
CR IIAC, Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire de l’Institution de la Culture

Carine Peltier-Caroff
Responsable de l’iconotheque, musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Les années folles de l’ethnographie : Trocadéro 28-37

A l’occasion de la sortie de l’ouvrage “Les Années folles de l’ethnographie”, sera relatée une séquence passionnante de l’histoire de la culture et des sciences : les dernières années du Musée d’ethnographie du Trocadéro avant qu’il ne soit détruit pour laisser la place au Musée de l’Homme inauguré en 1938. Dirigé à partir de 1928 par Paul Rivet et Georges-Henri Rivière qui scellent une alliance inédite entre la science et la culture, le musée connaît une profonde modernisation à une époque où la reconnaissance des “arts primitifs” interroge le rôle même d’un musée d’ethnographie. C’est le début des Années folles de l’ethnographie qui révèlent l’engouement pour une discipline, l’ethnologie.

La conférence reviendra donc sur l’histoire du musée d’ethnographie du Trocadéro, sous la direction du tandem Paul Rivet et Georges Henri Rivière, qui entreprennent une profonde réorganisation scientifique, intellectuelle, institutionnelle entre 1928 et 1935, période formatrice, déterminante par ses nombreuses innovations scientifiques et muséales, ses expérimentations. Le musée sort de sa léthargie en affirmant avec éclat l’irruption de l’ethnographie dans la cité, sur la scène culturelle, en même temps qu’il devient le pilier de la professionnalisation de l’ethnologie. Après une première partie sur ces années que Georges Henri Rivière appelait « la grande aventure » du Trocadéro, seront discutées deux thématiques américanistes traitées dans l’ouvrage : “un potlach au Trocadéro”, Paul Coze, indianiste ethnographe, et “rendez-vous manqué avec les “vieilles colonies”, ethnographie et archéologie de la Guyane et des Antilles françaises (1931-1939).

Prière de vous présenter directement à l’entrée du musée (37 quai Branly), sans passer par les caisses.

 Le plan Vigipirate impose aux agents de sécurité du musée à ne pas autoriser l’introduction de valises (même cabines), sacs de voyage, sacs à dos, sacs de sport…


Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.