Capitalismes sauvages: Anthropologie historique des extractivismes en Amérique du Sud

Colloque international
Rennes 10-11 octobre 2018

Capitalismes sauvages

Anthropologie historique des extractivismes en Amérique du Sud

Organisé par Nicolas Richard, Jimena Obregón,
Christophe Giudicelli

Sauvages par la violence qu’ils déploient et par les confins qu’ils investissent, les différentes formes d’extractivisme ont joué un rôle fondamental, notamment à partir du 19è siècle, dans l’articulation contemporaine de vastes territoires et de populations jusqu’alors périphériques de l’Amérique du Sud (Amazonie, Atacama, Grand Chaco, Patagonie…). Des forêts, des déserts et des océans jusqu’alors perçus comme des limites ou des entraves, deviennent le théâtre central de formes mondialisées d’extraction de ressources minérales, végétales ou animales. La colonisation minière du désert d’Atacama, l’exploitation du caoutchouc en Amazonie, l’industrie baleinière dans les côtes australes, les scieries et les ports forestiers dans le Chaco, etc. ont construit historiquement ces territoires comme des territoires d’extraction. Ceux-ci s’inscrivent d’une façon singulière et tardive dans les espaces nationaux, en tant que territoires conquis, capturés ou annexés par des états-nations déjà constitués. Or ils se laissent mal comprendre d’un point de vue national, car la présence de ces Etats est bien souvent nominale, médiatisée par des acteurs privés et transnationaux (sociétés d’exploitation, colons, missions religieuses, concessions…), posant à différents niveaux le problème des souverainetés.

Ces territoires organisent aussi vis-à-vis de leurs populations d’autres formes de colonialité, distinctes des formes ibériques des siècles antérieurs, mais distinctes aussi des formes qui leur sont contemporaines en Afrique ou en Océanie, car elles se déploient en Amérique sous couverture d’Etats nations souverains. Les amérindiens, qui avaient échappé à l’étau colonial ibérique, se voient ainsi submergées par ces nouveaux fronts de colonisation qui gagnent en nombre et en extension, en les assignant à de nouveaux dispositifs de contrôle biopolitique (réserves, camps, missions). Enfin, ces territoires sont mécaniquement exploités et cette omniprésence des machines (trains, pelles mécaniques, bateaux, scies, camions, etc.) structure une relation spécifique aux corps, à la nature et à l’espace.  

Trop souvent envisagés du seul point de vue de leur actualité, ces territoires extractifs se sont construits au contraire sur la durée, en marquant profondément leurs populations et leurs paysages, leurs asymétries, leurs contradictions. Ils posent des problématiques spécifiques, tant du point de vue historique, que politique et anthropologique. De même, s’agissant de réalités asymétriques et asymétriquement documentées, il est nécessaire de pousser la recherche historique vers d’autres méthodologies et d’autres sources (matérialités, ethnographie, histoire environnementale…) qui permettent d’équilibrer et de complexifier leur compréhension. Enfin, l’hétérogénéité – linguistique, sociale, nationale – des acteurs présents oblige à déjouer le cadre interprétatif trop homogène des ‘histoires nationales’ aussi bien que celui, trop généralisant, de l’histoire économique.

Le colloque international Capitalismes sauvages : anthropologie historique des extractivismes en Amérique du Sud (Université de Rennes, 10-11 octobre 2018) réunit une trentaine de spécialistes de différents pays afin d’explorer, du point de vue de l’anthropologie historique, les trajectoires de différents “territoires extractifs” de l’Amérique du Sud. Colloque en association avec:

– séminaire PREDA Programme de Recherches sur le Désert d’Atacama, (Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, Paris, le 9 octobre) animé par Olivier Compagnon et Nicolas Richard

– workshop Paysages portuaires et réalité virtuelle (Centre Européen de Réalité virtuelle, Brest, 12-13 octobre) animé par Sylvain Laubé et Ronan Querrec

Comité scientifique : Capucine Boidin (IHEAL-CREDA), Thérèse Bouysse-Cassagne (CNRS CREDA), Luc Capdevila (ARENES, Univ Rennes), Andrés Castro Roldán (CREDA, Univ Rennes), Olivier Compagnon (IHEAL-CREDA), Sylvain Laubé (Université Bretagne Occidentale), Héctor Morales (Universidad de Chile), Jimena Obregón Iturra (ERIMIT, Univ Rennes), Franck Poupeau (CNRS CREDA), Gérard Borras (Cellam, Univ Rennes)

Comité d’organisation : Javier Carmona (CREDA, Univ Rennes), Daniela Durán Cid (ERIMIT, Univ Rennes),  Ximena Ortiz (Univ Rennes), Théo Milin (ERIMIT, Univ Rennes), Marie Morel (CNRS CREDA).  

Avec le soutien de :

ANR “Mécaniques sauvages. Le savoir mécanique dans les sociétés amérindiennes du Chaco et de l’Atacama” / CNRS (LIA) MINES ATACAMA “Les systèmes miniers dans le Désert d’Atacama” / CAPES-COFECUB “Régimes nationaux de l’autochtonie” / CNRS CREDA UMR 7227 / IDA-RENNES / ERIMIT / Museu Nacional UF Río Janeiro / Museo Augusto Capdeville (Municipalidad de Taltal) / Université Sorbonne Nouvelle / Université de Rennes / Centre européen de réalité virtuelle / Universidad de Chile / Universidade Federal Do Sul Da Bahía / Universidad Academia de Humanismo Cristiano

Crédits: œuvre de Santiago Yahuarcani (Uitoto).

Photographie: Robert Laime (lamula.pe) de l’exposition “De su largo llanto se formó el amazonas: narrativas amazónicas no representadas en la historia peruana”, Centro Cultural Ricardo Palma, Lima.

Capitalismes sauvages.
Affiche
Capitalismes sauvages.
Argument
Capitalismes sauvages.
Preda, Paris 9 octobre 2018
Capitalismes sauvages.
Rennes 10 octobre 2018
Capitalismes sauvages.
Rennes 11 octobre 2018
Brest 12-13 octobre 2018

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.